Sélectionner une page

Pourquoi se supplémenter
en acide folique
pendant la grossesse ?

En quoi cette vitamine est-elle particulièrement utile ?
Où la trouver et quelle forme choisir si vous vous tournez vers un complément alimentaire ?

acide folique grossesse

La vitamine B9 ou acide folique prévient certains risques de malformations embryonnaires

Le spina bifida désigne des malformations de l’embryon. Elles sont dues à des anomalies de la fermeture du tube neural, structure primitive qui lors du développement de l’embryon donnera lieu au système nerveux.

Ces anomalies se constituent très tôt au cours de la grossesse, lors de la troisième et quatrième semaine de vie utérine. Elles entraînent la plupart du temps de lourdes séquelles, neurologiques notamment, que l’on dépiste à l’échographie vers la 18e semaine d’aménorrhée (ou 16e semaine de grossesse) et qui peuvent mener à une interruption médicale de grossesse.

Le spina bifida concerne un peu plus d’une grossesse sur 1 000 en France (1).

Certains facteurs génétiques ou environnementaux peuvent intervenir dans la survenue de ces malformations, mais le spina bifida a aussi été associé à de faibles apports en acide folique (ou vitamine B9). Cette relation est aujourd’hui bien établie par de nombreuses études (2). Il est donc conseillé de veiller à avoir des taux satisfaisants en cette vitamine pour diminuer ce risque de malformations fœtales.

Or près des trois quarts des femmes en âge de procréer ont des apports insuffisants (3). Selon l’étude INCA 3, ils sont d’environ 250 microgrammes par jour, bien en dessous des 400 microgrammes recommandés pour les femmes enceintes. Toutes ces données sont en faveur d’une complémentation systématique en acide folique.

acide folique grossesse

A savoir
De faibles concentrations en acide folique ont par ailleurs été associées à un risque accru d’accouchement prématuré et de petit poids de naissance (4).

Il faut cependant tenir compte de deux petites problématiques, heureusement contournables :

1.

Certaines formes d’acide folique proposées en compléments alimentaires ne sont pas assimilables par toutes les femmes.

2.

La complémentation devrait débuter avant même la conception du bébé.

acide folique grossesse
acide folique grossesse

Vitamine B9, acide folique et folates, quelles différences ?

On dit généralement que les folates et l’acide folique sont les autres noms de la vitamine B9. En réalité, il existe des différences entre ces formes de vitamine B9.

  • Les folates sont des molécules qui exercent l’activité biologique de la vitamine B9. On les trouve naturellement dans l’alimentation, en particulier dans le foie mais c’est un aliment peu consommé, et sinon dans les légumineuses et les légumes verts à feuilles. Cette abondance dans les légumes verts à feuilles est à l’origine du nom de « folates ». Ceci dit attention, cette vitamine est très sensible, notamment à la cuisson.
  • L’acide folique est en revanche une forme chimique non naturelle, non présente dans l’alimentation, qui a été inventée spécifiquement pour la supplémentation, car à l’inverse des folates, elle présente une bonne stabilité. En effet, les folates sont des formes naturelles de vitamine B9 trop instables pour être utilisées dans les compléments alimentaires ou les médicaments (tellement fragiles qu’il serait d’ailleurs impossible d’en garantir la teneur exacte).
  • Enfin, pour être utilisé par l’organisme, l’acide folique doit être transformé par une enzyme. Or chez 10 à 15% des femmes, cette enzyme ne fonctionne pas ou mal, de sorte que l’acide folique n’est que partiellement utilisable. Bonne nouvelle, certains complémentaires alimentaires apportent directement la forme active de l’acide folique. Il faut donc bien veiller à choisir une supplémentation contenant de l’acide folique hautement biodisponible, critère qui garantit l’absorption par l’organisme et l’efficacité de la vitamine B9.

Grossesse : prendre de l’acide folique dès l’arrêt de la contraception

Les autorités de santé précisent que cette supplémentation doit commencer à être prise en période périconceptionnelle, c’est-à-dire avant même d’être enceinte. En effet, les anomalies se constituant très tôt, dès la troisième et quatrième semaine post-conception, il est important de débuter sa grossesse avec un taux suffisant d’acide folique (pour éviter toute carence). C’est pourquoi il est recommandé aux femmes d’entreprendre la supplémentation 4 semaines avant la conception du bébé et de poursuivre la prise 8 semaines après celle-ci, à hauteur de 0,4 mg d’acide folique par jour. La date de conception du bébé n’étant pas toujours prévisible, la solution est de commencer à se supplémenter dès l’arrêt de la contraception.

Les folates alimentaires restent intéressants

Même si les folates sont des formes de vitamine B9 instables, facilement détruites à la cuisson, et même en cas de complémentation, les femmes ont tout intérêt à augmenter leur consommation d’aliments riches en folates, d’autant plus qu’ils font partie intégrante d’une bonne hygiène alimentaire, saine, équilibrée et variée, indispensable durant toute la durée de la grossesse (5). Parmi les plus riches : légumes verts à feuilles (épinards, cresson, mâche, chou…), légumes secs, levure alimentaire, jaune d’œuf, échalote, escalopes végétales à base de soja, agrumes…

En plus de la prévention du risque de spina bifida, l’acide folique joue un rôle dans le processus de division cellulaire, et contribue ainsi au développement des tissus maternels durant la grossesse : utérus, seins et formation du placenta nécessaire à la croissance du fœtus.

Les contre-indications et dangers

En période de préconception et durant toute la durée de la grossesse, les médicaments sont contre-indiqués, sauf avis médical. Les compléments alimentaires ne sont pas contre-indiqués ni dangereux, mais prenez l’avis de votre médecin.

Le conseil NHCO

Consultez votre médecin dès le désir de grossesse. Il vous proposera un bilan de santé, de mettre en place un éventuel suivi et un programme de supplémentation (6).

Sources :

(1) Vitamine B9 ou acide folique | Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

(2) Association nationale Spina Bifida & Handicaps associés Prévention par l’acide folique | Spina-Bifida.org

(3) Anses, Données de consommations et habitudes alimentaires de l’étude INCA 3.

(4) Scholl TO et al., Folic acid: influence on the outcome of pregnancy, Am J Clin Nutr, 2000, 71(5 Suppl):1295S-303S, DOI: 10.1093/ajcn/71.5.1295s.

(5) Alimentation pendant la grossesse | ameli.fr | Assuré

(6) Consultation et mode de vie en vue d’une grossesse | ameli.fr | Assuré

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRevenir à l'eshop
      Calculate Shipping